Kurdistan du Sud – Kurdistan de l’Est et l’Irak

mis à jour le Lundi 2 avril 2018 à 23h16

En 2017, les attaques de Daesh au Kurdistan du Sud et en Irak et la lutte contre elle se sont poursuivies.

En 2017, les attaques de Daesh au Kurdistan du Sud et en Irak et la lutte contre elle se sont poursuivies. Des milliers de personnes ont fui la guerre à Tel-Afer, Mossoul, Hawice et se sont réfugiées dans le sud du Kurdistan ou dans d'autres parties de l'Irak. À la suite des opérations et des conflits vécus visant à la libération de Mossoul, celle-ci était complètement ruinée.

En 2014, le groupe terroriste Daesh, envahi Sengal pour ses massacres ont tué des centaines de Kurdes yezidis. En conséquence, des centaines de milliers de femmes prisonniers et des milliers abandonnaient leurs maisons pour se réfugier dans les montagnes. L'occupation a pris fin le 13 novembre 2015 après environ 15 mois, et Sengal a été libéré. À la suite de cette occupation, Sengal a été dévasté et une grande partie des bâtiments ont été démolis. Une partie des migrants est revenue mais la grande majorité est dans l’incapacité car la ville est en ruine.

À la suite des conflits entre le Kurdistan du Sud et l'Irak en octobre 2017, les attaques des forces irakiennes contre le Kurdistan du Sud ont commencé. Des centaines de milliers de Kurdes de Xûrmatû, Xaneqîn, Kerkûk, Daqoq, Taze, Beşir, Mexmur et Rabia ont fui ces attaques et continuent de vivre dans des conditions très difficiles dans d'autres régions du Kurdistan Sud.

Le 12 Novembre, 2017, suite au tremblement de terre de magnitude 7,3 Mw qui a touché la ville Kirmanş de l'Est du Kurdistan et 30 km au sud de Halabja du Kurdistan Sud, avec 19 km de profondeur, plus de 540 personnes sont décédées et plus de 8000 personnes blessées. Après le séisme, 70 000 personnes étaient sans abris.